Pit Stop : L’actualité du sport mécanique luxembourgeois 

BMW 318 Cup : De belles éclaircies à Assen !

La 3e manche du championnat BMW 318 Cup a été marquée par un net regain de forme pour nos pilotes luxembourgeois. Avec une nouvelle voiture et une nouvelle équipe, Pit Venanzi n’a pas tardé à prendre ses marques en signant la 15e place. Victime d’un accrochage, il n’a su prendre que la 36e place lors de la 2e course. Pol Leytem a de son côté retrouvé un bon rythme en s’adjugeant respectivement la P18 et la P13. 

Après un deuxième weekend de compétition frustrant à Zolder, marqué par une disqualification et une interdiction de prendre le départ pour défaut technique, Pit Venanzi revenait sur le circuit le couteau entre les dents. Nouvelle voiture et nouvelle écurie, le Luxembourgeois n’avait qu’une seule envie : laisser parler la poudre. Pol Leytem devait lui aussi oublier Zolder, où il n’a jamais trouvé le rythme, faute à un moteur qui ne développait que 36 des 48 chevaux attendus. Assen arrivait à point. 

Dès les essais libres, il y avait de quoi se montrer optimiste. Le rythme est bon, tant pour l’un que pour l’autre, et le Top 20 est envisageable. Pit Venanzi s’est immédiatement acclimaté à sa nouvelle écurie et Pol Leytem à un moteur qui lui donne enfin satisfaction. Les deux pilotes étaient prêts à en découdre, ensemble y compris, ce qui amenait un premier accrochage entre les deux.

Les qualifications, Pit Venanzi les bouclait en 18e position. Pol Leytem, de son côté, a misé sur une piste sèche, mais la pluie est venue lui donner tort. Il devait se contenter d’une 29e position sur la grille. 

Malgré cette position défavorable, il s’offrait une formidable remontée, dépassant ses adversaires les uns après les autres. Pit Vananzi était lui aussi sur un très bon rythme et en toute fin de course, les deux pilotes se sont retrouvés en duel pour la 14e place. Il y a eu des attaques, des réponses, mais surtout un contact qui aura été préjudiciable aux deux. Venanzi y cassait sa jante et terminait avec une crevaison en 15e place. Leytem franchissait la ligne 18e

Le samedi se tenait la 2e course, mais celle-ci tournait court pour Pit Venanzi. Impliqué dans un contact en début de course, il dut regagner les stands et perdait toute ambition de bien figurer. Pol Leytem était quant à lui en état de grâce. Parti 18e il enchaînait chronos et dépassements, pensant même célébrer le premier Top 10 de sa jeune carrière en course automobile, lorsqu’il passait le drapeau à damiers en 9e place. Malheureusement, il écopait de 10 secondes de pénalité pour non-respect des limites de la piste et rétrogradait au 13e rang. Sans cette pénalité, il aurait signé son premier podium en catégorie junior. 

On retiendra quand même du positif, même du très positif pour les deux jeunes promesses du sport mécanique luxembourgeois qui semblent prendre leurs marques et commencent à démontrer que le Top 10 est très envisageable, même avec un plateau qui compte des pilotes comme Peter Elkmann, ancien Vice-Champion d’Europe de Karting et vainqueur de Grand-Prix en F3, ou comme encore celui que l’on annonce comme le futur crack du sport mécanique allemand, Leon Hoffmann. Ces deux pilotes se sont d’ailleurs adjugés les courses du weekend.

Karting : Rafael Perard passe à côté de la montre en or

Engagé sous l’étendard luxembourgeois, Rafael Perard (Castellet Kart Racing), a réalisé des courses sensationnelles à la troisième manche de la IAME Series France à Belmont. Après des qualifications compliquées, il a haussé le ton pour se hisser à la quatrième place sur la grille pour la grande finale. Malheureusement, il ne l’a pas terminée.

Avec un petit 24e temps et 376 millièmes de débours sur son coéquipier et vainqueur de la séance Matis Barbe, Rafael Perard commençait le 3e rendez-vous de la IAME Series France (catégorie X30 Senior) dans de mauvaises dispositions.

Mais, oubliés les déboires des chronos qualificatifs, il était bien décidé à renverser la vapeur. C’est ce qu’il fit lors des manches qualificatives. En partant depuis la 12e place sur la grille lors de toutes les courses, il gagnait 9 places sur la première manche et se hissait ainsi sur le podium. Les autres suivirent cette même dynamique avec une P5 et une P4. De 24e avant les manches qualificatives, il se hissait en 6e position, ce qui lui offrait une 3e place sur la grille pour sa Superheat. Il parvenait même à y gagner une position, terminant 2e, et s’offrait ainsi une 4e place sur la grille pour la grande finale. C’est malheureusement là que le conte de fée s’est arrêté, avec un abandon en tout début de course. Rafael Perard aura néanmoins fait preuve d’un excellent rythme, encourageant pour la suite de sa saison.

Chris Leesch n’est pas prophète en son circuit

Après une première manche du Championnat du Monde d’Endurance moto rondement menée, marquée par une 9e place au général et une 2e place de catégorie Super Stock lors des 24 heures du Mans, Chris Leesch et son équipe du RAC 41 n’ont pas connu même réussite lors des 8 heures de Spa avec un abandon à la mi-course. Ils se maintiennent néanmoins sur le podium du classement FIM.

Pour Chris Leesch, courir à Spa c’est quasiment courir à domicile. Ce n’est pas seulement son circuit de proximité, mais c’est également son tracé préféré. Justement, il s’y rendait le weekend dernier avec Martin Renaudin et Wayne Tessels au guidon de la Honda du Team RAC 41 Chromeburner dans le cadre de la 2e manche du Championnat du Monde d’endurance Moto. Après l’excellente 9e place finale et 2e place de catégorie Super Stock aux 24h du Mans, on s’attendait à un nouveau duel avec Sébastien Suchet, Valentin Suchet et Guillaume Raymond du Team National Motos Honda à l’occasion des 8 heures de Spa Francorchamps. 

Les choses commençaient mal pour le RAC 41, qui aura déjà connu de meilleures qualifications. Accablé par un setup inadéquat, il signait seulement une 11e place de catégorie. Il allait falloir hausser le ton en course. Avec des réglages peaufinés pendant la séance de Warm Up, c’est ce qui a été fait. Il ne leur a fallu qu’une heure de course pour intégrer le Top 10 général et pointer en 2e position de catégorie, à une petite trentaine de secondes de l’Aprilia du Team Aviobike. 

Alors que d’heure en heure, l’écart avec la moto de tête des Super Stock se réduisait, le moteur de la Honda a lâché, contraignant le RAC 41 à l’abandon. C’est un coup dur pour l’équipe qui ratait une belle occasion de revenir à hauteur du Team National Motos au classement général du championnat. Celui-ci a d’ailleurs réussi à accélérer la cadence en deuxième partie de course, remontant du 5e au 2e rang des Super Stock. Cette place, ils ne l’ont plus quittée jusqu’à la fin de la course. 

Au classement, avec un zéro pointé, le Team Chromeburner Rac 41 restait bloqué à 54 points et glissait à la 3e position au profit du Team 3 Art Best of Bike et ses 55 points qui a quitté la ville thermale avec 13 points en poche. Le grand vainqueur du weekend est évidemment le Team National Motos Honda qui s’offrait une avance confortable en faisant passer son total de points à 91.


Andy Foyen

Dernières nouvelles