Noah Scheidweiler : « L’opportunité d’aller aux États-Unis me faisait vraiment envie » 

Après la saison de l’explosion à Kaerjeng, le jeune portier des espoirs revient avec nous sur le tournant qu’il a décidé de donner à la suite de sa carrière loin du Luxembourg, mais avec des rêves plein la tête. 

Quel bilan fais-tu de ta saison avec Kaerjeng ? 

Sur un plan personnel, c’était forcément une saison exceptionnelle ! Je n’avais joué que 6 matchs la saison d’avant, et de pouvoir jouer les 30 matchs de championnat cette saison et d’être sélectionné avec les espoirs tout en devenant titulaire, on peut dire que c’est exceptionnel.
D’un point de vue collectif, ce n’est évidemment pas une bonne saison. Nous avons réalisé de belles prestations durant cette saison, comme les victoires contre le Progrès (2-0) ou Rosport (4-1), mais je pense que nous avons cru être sauvés un peu trop tôt, et les 5-6 derniers matchs n’ont pas été bons. C’est vraiment triste que notre saison se soit terminée de cette façon à Dudelange face à Hostert, mais c’est comme ça malheureusement. 

Tu évoquais la mauvaise fin de saison qui vous coûte cher avec cette mauvaise série, qu’est-ce qui a manqué selon toi au club pour se maintenir ? 

Le manque d’expérience nous a coûté cher, mais je pense également que l’aspect mental a joué, lors de certaines rencontres où les choses n’ont pas forcément tourné à notre avantage et où nous n’avons pas réussi à aller l’emporter malgré cela. Je pense notamment au Fola où on n’a vraiment pas fait un bon match.

Tu penses qu’il y a un moment particulier dans la saison qui fait basculer le sort du club ?
Je dirai que ça a commencé contre Rosport (0-0) où nous avons 2-3 occasions énormes qui doivent finir au fond que nous n’avons pas réussi à concrétiser, et c’est selon moi un match où on perd 2 points. Avec ces deux points, on aurait quasi été sauvés à ce moment-là de la saison, et je pense qu’on aurait pu enchainer sur la fin de championnat.

Tu es déjà l’un des meilleurs gardiens du championnat pour ta première saison pleine, tu as forcément dû recevoir des sollicitations pour la saison prochaine, peux-tu nous dire où ça en est ? 

J’ai effectivement discuté avec plusieurs clubs, que ce soit Differdange, un peu avec Dudelange et également avec Hesperange. J’étais vraiment proche de signer à Differdange, j’ai d’ailleurs encore le contrat à la maison. Mais j’ai reçu une offre venant des États-Unis avec une bourse d’études pour aller en université, et même si je voulais vraiment aller à Differdange au départ, mais je ne voulais pas avoir de regrets, et l’opportunité d’aller aux États-Unis me faisait vraiment envie, donc je me suis dit qu’essayer au moins une année là-bas voir ce que ça pouvait donner était une bonne idée. 

Tu pars donc un an dans une équipe universitaire dans un premier temps et si tout se passe bien, tu resteras là-bas ? 

C’est ça, il faut juste que j’ai mon bac pour lequel je suis encore en attente des résultats. 

Quelle sera donc ta destination au pays de l’Oncle Sam ? 

Je serai à Saint-Louis, où j’évoluerai donc avec l’équipe universitaire, en ayant comme objectif d’aller en MLS. 

On sait que les sports universitaires sont d’un très bon niveau aux USA d’une manière générale, as-tu pu te renseigner un peu sur le niveau du football universitaire ? 

J’ai pu discuter avec quelques joueurs qui évoluent là-bas et ils m’ont expliqué qu’il était difficile de comparer le football universitaire au football qu’on connait ici car c’est très différent. Là-bas, c’est un football plus physique.
De plus, il y a 216 équipes en première division, donc il y a forcément beaucoup plus de disparité en termes de niveau.

Il y a des joueurs comme Buchanan, Harrison entre autres qui sont passés par ce football universitaire et forcément, ça donne des idées.

Pourquoi ce choix de partir à Saint-Louis ? Qu’est-ce qui t’a convaincu ? 

Ce qui a compté, c’est aussi d’un point de vue scolaire. Le système de « student athlete » qui existe aux USA permet de combiner plus facilement le sport à un bon niveau et les études. Et ensuite, si tout se passe bien, la perspective de la MLS est forcément intéressante. Je connais 2-3 joueurs qui évoluent dans des équipes de BGL Ligue et qui vont aussi se diriger vers les États-Unis la saison prochaine. Je pense que ça peut devenir une option de plus en plus crédible pour les jeunes joueurs.
Enfin, concernant mes études, je veux me diriger vers le sport management, et les États-Unis restent un rêve pour moi au niveau du mode de vie, avec une vraie culture du sport et des stades remplis même pour les équipes universitaires.

En cas d’obtention du bac, ce qu’on te souhaite évidemment, as-tu pu discuter avec le club pour savoir quels seraient les objectifs pour la saison prochaine ? 

L’équipe de Saint-Louis a perdu un seul match sur la saison passée, et c’était en national championship, qui est un tournoi réservé aux 30-40 meilleures équipes du pays. 

Donc d’un point de vue sportif, c’est du solide. 

J’ai également eu beaucoup d’échanges avec le staff, et le feeling est vraiment bien passé. Ils m’ont expliqué que l’objectif était de réussir quelque chose de grand sur les prochaines années et ça m’a convaincu. De plus, ils ont beaucoup de contacts avec l’équipe MLS de Saint-Louis, et par exemple le gardien de la saison passée est parti pour jouer avec l’équipe 2 de Saint-Louis la saison prochaine, ils envoient régulièrement des joueurs s’entrainer avec l’effectif MLS, donc ça offre de belles perspectives. 

Si tout se passe bien la saison prochaine, combien d’années peux-tu rester en université à Saint-Louis ?

J’ai une bourse pour 4 ans. Cela veut dire que je peux faire mon Bachelor en 4 ans sans rien payer, et derrière réaliser un master où je devrais payer à ce moment-là et où je ne pourrai plus évoluer en équipe universitaire. Mon but est donc d’aller en MLS avant la fin des 4 ans de mon Bachelor. 

Tu as déjà les idées claires sur tes objectifs sur le long terme, mais à plus court terme, quels sont-ils pour la saison prochaine ? 

Je veux devenir meilleur gardien de la conférence et aller le plus loin possible dans le national championship, tout en remportant la conférence et les tournois. Je ne connais pas vraiment le niveau et je ne sais pas si ces objectifs sont tous réalistes pour une première saison, mais j’ai envie d’être ambitieux ! 

Est-ce que tu considères que signer en professionnel dans un futur proche est un objectif réaliste ?

Une autre chose qui a influencé mon choix est le fait que je pense avoir de grandes chances de devenir professionnel oui, mais pas forcément de grandes chances de ne plus avoir à travailler après ma carrière, donc je pense déjà à l’après. C’est pour cela que j’ai choisi d’aller là-bas, car cela réunit le côté sportif à un bon niveau, mais également les études, comme évoqué précédemment. 

C’est bien beau de vivre 15 ans de ton rêve, mais il faut aussi préparer l’après, et ne pas se retrouver dépourvu une fois ta carrière terminée.

Tu es titulaire en sélection avec les espoirs, penses-tu déjà aux A ? 

Bien sûr, j’y pense. Mes chances d’être appelé prochainement auraient peut-être été plus grandes si j’étais resté en Europe, mais j’ai fait mon choix et je crois que si je parviens à obtenir un contrat professionnel en MLS, à l’image d’un Maxime Chanot, j’aurai de grandes chances de jouer avec les A, et c’est mon objectif principal. 

Dernières nouvelles