L’Espagne premier finaliste de l’Euro

EURO 2024

Le suspens aura duré jusqu’au bout lors de cette première demi-finale, mais ce sont bien les Espagnols qui se hissent en finale de l’Euro 2024 après une victoire étriquée mais méritée (2-1) face à l’équipe de France.

Ils l’ont fait ! Les hommes de Luis de la Fuente rallient la finale de l’Euro, après leur dernière en 2012 remportée 4-0 face à l’Italie. C’est pourtant la France qui lance les hostilités. Le pari offensif de Didier Deschamps, qui a aligné la triplette offensive du PSG et laissé Antoine Griezmann sur le banc, s’est avéré payant dès les premières minutes. Sur un décalage de Dembélé pour Mbappé, ce dernier adresse un centre millimétré sur la tête de Kolo Muani qui ouvre le score contre toute attente (1-0, 8’).

Mais voilà, la Roja n’est plus qu’un simple collectif, comme elle a pu l’être lors de son âge d’or. Elle possède désormais dans ses rangs des individualités capables de faire la différence à n’importe quel moment de la rencontre. Et ce petit supplément d’âme espagnol porte un nom : Lamine Yamal.

Yamal débloque la situation

Un gamin de 16 ans qui inscrit un but d’anthologie en enroulant une superbe frappe du pied gauche à 30 mètres des cages. Imparable, le gardien ne peux rien faire. Un missile splendide qui laisse bouche bée tout le stade, y compris son coéquipier en club et en sélection Pedri, présent dans les tribunes mais forfait pour le match à la suite de sa blessure lors du match face à l’Allemagne. La France marque et encaisse donc son premier but dans le jeu dans cet Euro en l’espace de quelques minutes (1-1, 21’).

Les hommes de Didier Deschamps, déjà bien mal en point après l’égalisation, sombrent un peu plus cinq minutes plus tard avec un superbe enchaînement de Dani Olmo dans la surface de réparation qui élimine deux défenseurs avant de tromper Mike Maignan d’un tir croisé dévié par Jules Koundé au fond de ses filets (2-1, 26’). Avec ce but, l’attaquant espagnol devient au passage co-meilleur buteur du tournoi avec trois réalisations.

Comme face à la Géorgie, la Roja réagit rapidement et ne se laisse pas abattre même menée au score. La machine est lancée et le collectif huilé espagnol surpasse aisément le milieu français, dépassé par le tiki-taka moderne, plus vertical que la Roja a instauré depuis le début du tournoi.

Les failles des Bleus enfin imagées

Mauvais choix tactique, en alignant trois milieux et sacrifiant Antoine Griezmann sur l’autel du collectif ? Ou mauvaise prestation globale de l’équipe de France ? Probablement un peu des deux. Une chose est sûre, face à la Roja le système du sélectionneur français a montré ses limites. Rodri, Ruiz et Olmo se sont baladés hier soir sur la pelouse de l’Allianz Arena et ont fait voir de toutes les couleurs à Kanté, Tchouaméni et Rabiot qui semblaient impuissants face à l’excellente conservation de balle espagnole. Pas aidé par des efforts défensifs insuffisants de certains joueurs et un pressing pas du tout au point, l’entrejeu français a laissé la Roja contrôler les débats et entrevoir tranquillement une finale continentale qui leur échappe depuis maintenant 12 ans.

Car même lorsque les Bleus récupéraient le ballon, ils n’ont jamais réussi à se défaire du pressing espagnol. Et ce ne sont pas les entrées en jeu de Camavinga, Giroud et Griezmann qui ont changé quelque chose à l’issue de la rencontre. Malgré quelques percussions fulgurantes de Bradley Barcola sur l’aile gauche, qui ont mis en difficulté Nacho, les Bleus n’ont jamais réellement inquiété Unai Simon, le portier espagnol.

Et même lorsqu’ils parvenaient à s’en procurer, à l’image d’un Kylian Mbappé encore une fois décevant (85’), ils ne trouvaient pas le cadre. Un match qui symbolise parfaitement le parcours des Bleus lors de cet Euro, un gros volume de tirs et d’occasions mais très voire trop peu convertis.

La Roja resplendissante, la France décevante

Si les statistiques du match pourraient laisser planer le doute, le constat sur le terrain est sans appel : la Roja a été supérieure lors de cette rencontre. La meilleure équipe du tournoi se retrouve en finale et mérite sa qualification. Outsider il y a encore quelques semaines, elle retrouvera dimanche prochain les Three Lions ou les Oranjes pour tenter de remporter un quatrième sacre européen. Confirmeront-ils leurs excellentes prestations jusqu’ici ? Réponse dans cinq jours.

De leur côté, les vice-champions du monde sont donc éliminés en demi-finale de cet Euro. Un résultat correct, en demi-teinte, dû à un contenu proposé plus qu’indigeste laissant souvent à désirer.

Dernières nouvelles