Feulen écrit l’histoire

La joie est grande dans le nord du pays. Après une saison pleine dans la Série 1 de la Division 1, où seul Bissen aura été capable de le devancer, l’US Feulen a acté sa montée en Promotion d’Honneur suite à sa victoire nette et sans bavure, 0-3 contre Weiler-la-Tour à Berbourg. Pour célébrer la première montée de l’histoire du club en PH, les nordistes ont éteint des Yellow Boys sans idées.

Feulen bien représenté pour cette rencontre historique

Devant un public venu en nombre (1378 entrées) et largement acquis à la cause nordiste – du moins vocalement – on a vu dès les premières minutes de jeu une physionomie de jeu qui allait durer pendant l’entièreté du match : Weiler-la-Tour sera maître de la balle et Feulen tentera de percuter en contre. C’est ce qui se passe dès la troisième minute de jeu, lorsque Fredy Gomes a alerté une première fois Kevin Cruz, le portier des Yellow Boys.

Il faut attendre le quart d’heure pour voir Weiler-la-Tour mettre pour la première fois le nez à la fenêtre via un tir lointain de Balsa Perkovic qui s’élève de trop, sous les yeux attentifs de l’ancien capitaine des Yellow Boys, Helder Da Silva, et de Claude Mangen, qui ont pris la suite de Roni Souto et d’Orlando Da Rocha juste avant les barrages. La plus belle occasion de la première demi- heure était à mettre à l’actif de Feulen avec un coup franc des 20 mètres que l’ancien joueur de BGL Ligue Edis Osmanovic envoyait sur la transversale et une reprise manquée de Fredy Gomes, tout surpris de se retrouver tout seul face à Kevin Cruz.

On avait droit à une seule dernière occasion, à nouveau via le virevoltant Fredy Gomes, qui croisait trop sa frappe. Pour le reste, le spectacle était assez pauvre. Weiler-la-Tour manquait cruellement de créativité et ne se montrait pas dangereux, malgré une maîtrise nette du ballon.

Weiler-la-Tour incapable de sortir d’une filière de jeu qui lui est défavorable

Weiler-la-Tour doit changer quelque chose à son jeu. En effet, si les Yellow Boys restent à ce point inoffensifs, ils seront à la merci de la moindre erreur individuelle. Ils décident de donner un grand coup de collier dès le retour des vestiaires. S’ils arrivent à percer la défense nordiste, la dernière passe fait défaut et la physionomie de la première période se réinstalle. La première véritable occasion de la seconde mi-temps est à mettre à l’actif d’Edis Osmanovic dont la frappe, consécutive à un corner, est contrée in extremis.

Ce n’était que partie remise puisque peu après l’heure de jeu, ce même Osmanovic se jouait des milieux axiaux de Weiler et profitait d’un positionnement défensif totalement raté pour lancer João Pinto dans le dos des défenseurs centraux. Celui-ci décide de remiser en retrait mais était contré par Henrique Pereira qui poussait malencontreusement le cuir dans ses propres filets.

Les deux minutes qui suivirent illustrent parfaitement la rencontre. Après le coup d’envoi, Weiler- la-Tour garde la possession de la balle pendant 90 secondes. Seule la dernière passe permet à l’équipe de gagner quelques mètres, mais elle est suivie d’une faute offensive. Derrière, il ne faut que 4 touches de balle à Feulen pour que Sergio Lopes envoie Bryan Alves dans le dos de la défense jaune. Le reste est somptueux. Bryan Alves prend le dessus sur Tony Mastrangelo et laisse ensuite Kevin Cruz pantois en glissant la balle subtilement dans le but, malgré un angle très fermé. La tribune exulte (en lâchant quelques pétards au passage et en faisant usage de fumigènes). Weiler-la-Tour est chaos debout.

Dos au mur, les Yellow Boys se montrent plus agressifs dans le duel et parviennent à s’aventurer dans le grand rectangle de Feulen. Alessandro Martin alerte pour la première fois du match (à la 75e minute de jeu !) Lex Menster, alors que deux minutes plus tard, le tir de Balsa Perkovic depuis le point de pénalty était contré de justesse. Mais c’était déjà tout. Dans l’autre sens, sur un coup franc éloigné des cages de 35 mètres, Edis Osmanovic tentait immédiatement sa chance, son tir était dévié et prenait Kevin Cruz totalement à contre-pied. 0-3. La messe était dite. À la fin du temps réglementaire, Dzenid Ramdedovic, reconverti en attaquant, aurait pu sauver l’honneur pour Weiler-la-Tour, mais sa frappe était stoppée par Menster en deux temps. Monsieur Becker mettait ainsi un terme à la 3e victoire du candidat à la montée en 3 matchs de barrage (4 sur 4 si on y inclut la victoire des filles de Mertert-Wasserbillig face aux filles de Bettembourg). Le Fola est prévenu.

L’accession à la Promotion d’Honneur, la première de l’histoire de Feulen, a été fêtée comme il se doit dans les rangs nordistes. Entre deux chants de victoire, c’est un Dan Pereira comblé qui réagissait à notre micro. L’ancien capitaine de Medernach gardait néanmoins la tête sur les épaules quant à la quantité de travail qui attend les néo-promus. « C’est l’euphorie. Ça fait une semaine que tout le village ne pense qu’à ce match. On a réussi. On peut célébrer, mais en connaissance de cause, je peux dire que c’est une tâche très compliquée qui attend désormais le club », expliquait-il. « On a eu équipe relativement jeune. Si c’était un bon équilibre entre jeunesse et expérience ? Oui, vu qu’on est promus. Celui qui gagne a toujours raison. Mais si on avait échoué, les gens diraient sans doute que l’équipe compte deux vieux croulants en trop (rires). Je serai en tout cas toujours présent l’année prochaine. Je pense que Feulen sera mon dernier club en tant que joueur. Si je peux aider le club, je le ferai, que ce soit sur le terrain ou à côté. »

Dans les rangs de Weiler-la-Tour, c’est la déception qui régnait, à commencer par son portier, Kevin Cruz. « On a pêché dans l’engagement. Notre descente ne se résume pas à ce match. Chaque weekend, on voyait qu’on avait une chance de sortir de la zone rouge. Chaque weekend… Mais les chances, on ne les saisit pas. C’est rageant de quitter la PH alors qu’on a récolté plus de points que la saison dernière », regrettait-il. « Aujourd’hui, on a eu peu d’occasions. Ils n’en ont eu guère davantage, mais ils ont marqué les leurs. On avait la possession. On a bien fait tourner la balle, mais, comme c’est souvent le cas, si on ne marque pas, alors on encaisse. »

Buts :
Weiler-la-Tour : /
Feulen : Pereira (CSC, 64’), Alves (67’), Osmanovic (85’).

Cartons jaunes :
Weiler-la-Tour : Kullolli (15’), Perkovic (70’).
Feulen : Bikie (51’), Menster (84’), Batista (88‘), Embalo (90‘+5).

page2image255619056

Compositions :

Yellow Boys Weiler-la-Tour (Ent. : Mangen et Da Silva)

Cruz (G), Mastrangelo, Neves, Pereira (Klein 86’), Azizi (Martin 68’), Kullolli (Scholler 65’), Nennig, Ramdedovic, Semedo, Lumare, Perkovic.

US Feulen (Ent. Pereira Figueiredo)

Menster (G), Dos Reis, Batista, Semedo, Lopes, Alves (Embalo 90’+1), Bikie (Graf 90’+1), Gomes, Osmanovic, Pereira, Pinto (Croix 90’).

Andy Foyen

Dernières nouvelles