Euro : L’Espagne royale, l’Angleterre apathique 

La grosse journée d’hier nous a permis de tirer plusieurs enseignements, avec en point d’orgue l’Espagne qui a tapé du poing sur la table. L’Angleterre continue de décevoir pendant que la Serbie s’est maintenue en vie dans les derniers instants de sa rencontre face à la Slovénie. 

Les chiffres : 


Le but de Luka Jovic pour la Serbie est déjà le sixième inscrit dans le temps additionnel de la seconde période dans cet Euro 2024 (Can, Embolo, Akturkoglu, Conceiçao, Gjasula). C’est déjà plus que sur l’ensemble du dernier Euro. 

48
La série dure depuis le dernier Euro et ne s’est toujours pas arrêtée. Cela fait 48 matchs consécutifs d’Euro qu’une rencontre ne s’est pas terminée sur un score nul et vierge, plus longue série de l’histoire en cours. Et ce n’est évidemment pas pour nous déplaire. 

Les tops : 

Williams-Yamal : c’est génial
Le jeune duo d’ailiers espagnol était attendu au tournant hier pour le choc de ce groupe B. Et le très jeune duo, 37 ans à eux deux, a pris le dessus sur leur vis-à-vis respectif, Di Marco et surtout Di Lorenzo passant une très mauvaise soirée devant les percussions incessantes venus des couloirs de la Roja. Williams n’est d’ailleurs pas passé loin d’être récompensé de son très bon match d’un point de vue statistique, mais sa magnifique frappe enroulée est venue s’écraser sur la barre. Le joueur de l’Athletic Bilbao est même à l’origine du seul but de la rencontre, son centre issue d’une percussion balle au pied ayant été poussé au fond par le malheureux Calafiori contre son camp. Du tout bon donc pour l’Espagne, qui est l’équipe de ce début de tournoi.

Un Danemark conquérant 
On pouvait légitimement avoir peur pour les coéquipiers d’Eriksen. L’Angleterre, sortant d’un premier match mitigé, était attendue pour montrer à l’Europe du football pourquoi elle avait été affublée du statut de favori avant la compétition. Mais les Danois ont tenu la dragée haute à leur adversaire du jour. Hjulmand nous a gratifié d’un énième top but dans cet Euro, et les Dynamites ont même continué à pousser après cette égalisation, regardant les Anglais dans les yeux durant tout le reste de la partie. Encourageant avant son dernier match de poule face à la Serbie.

Les flops : 

L’Angleterre : c’est quoi le problème ?
Attendue comme peu de leurs prédécesseurs l’avaient été avant eux, la bande à Bellingham n’a toujours pas convaincu hier. Comme lors du premier match, l’ouverture du score précoce n’aura été que le début de la fin des ambitions pour des Three Lions au petit trot, beaucoup trop brouillons techniquement. Les choix de Southgate sont de de plus en plus contestés au pays. Cole Palmer n’a toujours pas eu de temps de jeu, Grealish est à la maison et le quatuor de devant n’a de magique que le nom. Il faudra rapidement trouver une solution pour le dernier match face à la Slovénie, sous peine de sévère déconvenue.

Foden perd le fil 
Il est le meilleur joueur du meilleur championnat du monde. Élu par ses pairs pour sa saison fantastique à City, Phil Foden n’est que l’ombre de lui-même sur ces 2 premiers matchs. Une conséquence de son positionnement à gauche, lui qui préfère l’axe ? Un manque de complicité avec ses coéquipiers ? Toujours est-il que le problème est là, visible, et que la solution peine à être trouvée. Le temps presse pour l’Angleterre, et si on avait pu lui pardonner ses performances en dents de scie au dernier Mondial, le petit Phil est devenu grand depuis, et les jugements à son égard ont évolué en même temps que son statut. Charge à lui et à ses coéquipiers d’élever le niveau pour la suite de la compétition. 

Les résultats d’hier : 

Slovénie 1 – 1 Serbie 

Danemark 1 – 1 Angleterre

Espagne 1 – 0 Italie 

Le programme du jour : 

15h : Slovaquie – Ukraine 

18h : Pologne – Autriche

21h : Pays-Bas – France 

Dernières nouvelles